Comment créer une vidéo virale

Les vidéalistes se sont entretenus récemment avec Andréas KastrinosYouTubeur comique et Snappeur en série, il leur a livré les secrets de la réalisation d’une vidéo virale. Cet article partage les 4 principes à respecter qui, selon le youtubeur, feront de ta vidéo un véritable outil de viralité.

Lucas : Alors, Andreas, en deux mots, à quoi ressemble une vidéo virale ?

Andreas Kastrinos : Pour tout te dire, il n’y a pas vraiment d’impératifs de formes pour créer une vidéo virale du moment qu’elle possède « ce petit truc en plus ».

En fait la première chose à respecter c’est l’authenticité. La viralité implique que la vidéo soit avant tout véritable et sincère. Internet c’est aussi beaucoup d’escroqueries, de personnes qui cherchent à te faire croire qu’ils vivent une vie de rêve. Du coup, l’authenticité devient une valeur rare et recherchée. Une vidéo authentique, sur un sujet vrai, avec des personnes comme toi et moi, « de la vie de tous les jours », va favoriser un lien de confiance avec l’internaute. Et, ça, ça se ressentira dans l’énergie dégagée par ta vidéo : parfois, il vaut mieux laisser trainer en longueur certaines séquences pour que ta vidéo paraisse plus authentique. Certains youtubeurs gardent même au montage des moments de malaise, de gène, comme des moments de flottement dans leur vidéo. C’est aussi ce genre de détails qui les font paraitre plus humains, plus fragiles, voire même parfois comiques et maladroits et qui génèrent de l’engouement autour de leur vidéo. Ils montrent qu’ils sont « comme tout le monde », authentiques, quoi.

Lucas : Ok, donc si on résume, ne pas tenter de calquer une forme sur un fond, mais laisser l’authenticité du fond, transparaitre dans la forme. C’est ça ?

Andreas Kastrinos : T’as tout compris. Ensuite, le deuxième élément, c’est l’empathie. Il faut chercher à susciter l’empathie chez le spectateur. Pourquoi ? Parce que le viral c’est avant tout ce qui va parler à l’internaute. C’est ce que tu as déjà vécu, toi, et qui fera référence à une expérience que le spectateur aura lui aussi vécue. Une expérience commune si tu veux, qui va provoquer un sentiment de complicité chez l’internaute et qui se manifestera par le rire, le malaise, la compassion… L’empathie augmente les chances que ta vidéo soit partagée par ceux qui la visionnent, que ce soit sur les réseaux ou lors d’une discussion entre amis. On partage ce qui nous a ému, choqué, ce qui a provoqué de l’émotion en nous. On n’y échappe pas, c’est bien un truc d’humains ça !

 

 

Lucas : Ok. Être authentique, provoquer l’empathie… Et ça, peut importe le sujet que tu traites, du coup ?

Andreas Kastrinos : Alors non. Evidemment tout dépend de ce dont toi, tu as envie de parler, mais il faut aussi tenir compte de l’engouement des internautes au moment précis où tu diffuses ta vidéo. Personnellement, tu le remarqueras, toutes mes vidéos sont en rapport avec l’actualité. Ça me permet de surfer sur la vague d’une annonce ou d’un évènement. L’actualité est un vecteur puissant de viralité, non seulement parce qu’elle offre la possibilité de profiter d’un sujet couvert par les médias traditionnels, mais aussi parce qu’elle créé une courte fenêtre d’opportunité qui maximise l’intérêt des internautes pour un sujet.

Lucas : Et justement, en ce qui concerne les techniques de diffusion et de partage, tu as quelques conseils à nous donner ?

Andreas Kastrinos : C’est un point essentiel. On ne le dira jamais assez, il faut tout miser sur le partage. Il existe différentes techniques pour améliorer la visibilité d’une vidéo. Tu peux, par exemple, entrer en contact avec des pages qui ont un déjà rassemblé une importante communauté d’abonnés et leur demander de diffuser ton contenu. Beaucoup de pages Instagram et Facebook ont un contenu qui repose uniquement sur le partage de vidéos produites par d’autres créateurs, ces pages-là sont des mines d’or ! Une autre technique consiste à publier des extraits phares de ta vidéo sur des groupes, pour inciter les internautes à cliquer et à se rendre sur ta page perso, celle où tu publies tes vidéos. Et si je devais te donner un dernier conseil, ça serait de tenter de toucher le plus de communautés web possible. Tu peux, par exemple, faire un partenariat avec des personnes en vogue dans un certain secteur, un secteur différent du tien. Ça va te permettre de toucher des internautes qui ne sont pas ceux pour laquelle la vidéo était initialement destinée. Pour ça, tu choisis une figure emblématique, un référent dans le domaine que tu cherches à exploiter. Voilà pour mes conseils et maintenant, au boulot !

Petit bonus : on vous offre une typologie des sentiments que vous devez chercher à provoquer pour que votre vidéo ait le plus de chance possible de devenir virale :

  • Le tabou :mensonge, sexe… les choses qui se chuchotent sur l’oreiller
  • Ce qui est surprenant : Logique. Tu as envie de partager ce qui t’a étonné !
  • Le choquant : Sans pousser les limites de la morale, choquer une partie de tes internautes, c’est amener le débat autour de ta vidéo… Et donc en favoriser le partage. Attention, il faut être assez malin pour ne pas créer de bad buzz.
  • Le comique : Forcément.
  • Le remarquable : quelque chose de brillant, d’intelligent, de beau, de bien travaillé va être remarqué et partagé
  • Le secret : les secrets révélés et ceux qui restent cachés génèrent toujours de l’intérêt… 😉

© Les Vidéalistes 2020